indizi

du 27 novembre au 9 janvier 2016

STEFANO LUCIANO. INDICES.

La gravure constitue, dans le milieu artistique, un monde à part. Difficilement soutenue par le marché et avec un suivi de collectionneurs qui, pour plusieurs raisons, diminue sans cesse. Toutefois, Stefano Luciano n’en démord pas, lui qui a débuté en tant que graveur et qui a fondé une grande partie de sa carrière sur cette discipline artistique.

Avec une exécution chalcographique techniquement variée et irréprochable, riche d’épaisseur et de savoir, ainsi qu’une originalité de composition et thématique qui est devenue sa touche caractéristique. La gravure a ensuite offert des inspirations à la peinture, dans laquelle depuis quelques années l’artiste a transmis les sujets typiques de sa recherche. Il s’agit essentiellement d’édifices industriels désaffectés, où demeurent des traces du travail et du vécu humain. Les protagonistes de ces activités qui, dans le passé, animaient les pièces, les hangars et les ateliers ne sont plus là. Il reste des résidus d’eux, des “indices” de ce que furent leurs activités à une époque ; ce sont des instruments, des outils, légèrement illuminés avec des fenêtres d’où pénètre, à présent, une lumière poussiéreuse mais devant lesquelles, probablement, des personnes se tenaient immobiles pour regarder vers l’extérieur ; ce sont des couloirs parcourus des milliers de fois, transportant des marchandises, des produits de l’usine : des rognures et des fragments de l’activité mais aussi du temps, des espoirs, des attentes, des fatigues et des désillusions. Ce sont des “Indices” qui se cachent dans la réalité des choses, dans les infrastructures, dans les machineries et dans les constructions ayant survécu. Leur langue est silencieuse et le manque de vie humaine avive le sentiment d’abandon et de mystère en suggérant, toutefois, et en laissant deviner les histoires qui entre ces murs se déroulèrent comme d’anciens parchemins.

La technique utilisée pour les peintures, matiériste et aux tonalités éteintes, est parcourue par des diagonales perspectives qui d’habitude s’obtiennent avec des optiques photographiques spéciales et qui encouragent la ressemblance avec la réalité.

La trentaine d’oeuvres, des gravures pour la plupart, et cinq peintures de cette collection au titre significatif, “Indices”, ont également en commun les encadrements particuliers sur lesquels se cimente l’oeil expert de Stefano Luciano, disposé à partager avec le spectateur sa mystérieuse vision, capable de créer les présences à travers l’absence.
Traduction I.C.I. de Lyon

Rechercher

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Horaire

jeudi, vendredi, samedi
1er dimanche du mois

15:00-19:00

et sur rendez-vous

Galerie le 116art

116 route de frans
(derrière la gare)
69400 Villefranche-Sur-Saône
tél: 06 60 51 89 22
mail: galeriele116art@orange.fr

Voir toutes les expos

le-plus-que-perdu

le-plus-que-perdu

du vendredi 15 mars au samedi 27 avril 2024 Extrait (...) Dans cette installation tout se tient. tout prend corps et pourtant rien ne va plus... comme ces chiens le voudraient... La résistance s'installe... Tout d'abord, celle des cartons ces Plus-que-perdus destinés...

tintamarre

tintamarre

du vendredi 12 janvier 2024 au samedi 24 février 2024   Portraits de l’artiste-orchestre Au fil de variations chromatiques, développées depuis une palette précise (noir, gris, ivoire, blanc, jaune, bleu), et d’un tracé graphique qui réinvente le dessin dans...

library II, livre d’artiste

library II, livre d’artiste

claudie lenzi, mireï l.r., marc pessin, marie-françoise prost-manillier, alain snyers, éric vassal inauguration le vendredi 17 novembre à partir de 18h00 du vendredi 17 novembre au samedi 30 décembre 2023 Pour sa seconde édition « Library II », la galerie le 116art...