Galerie le 116art

116 Route de Frans,
69400 Villefranche-sur-Saône
Tél : 06 60 51 89 22
Mail : galeriele116art@orange.fr

Horaires

15h-19h00 du jeudi au samedi
1er dimanche de chaque mois
Sur rendez-vous

Itinéraire

byrsa opus II, nadine lahoz-quilez

Exposition du 25 mars au 7 mai 2016

byrsa opus II.

Nadine Lahoz-Quilez nous offre un fil tendu entre le pourtour méditerranéen, un lien entre passé et présent, entre patrimoine et création, entre tradition et contemporanéité. A la suite de sa résidence en Tunisie d’où a découlé l’exposition Byrsa au Musée national du Bardo à Tunis en novembre 2015, l’artiste nous dévoile des œuvres qui se sont construites au fil du temps par des techniques, des pratiques et des questionnements universels.

Des techniques, telles que la broderie ou la couture, qui soulignent un savoir-faire, aliant la beauté du geste, la main qui travaille la matière, sont ici transcendées par l’artiste. Des pratiques dans lesquelles Nadine Lahoz-Quilez s’implique physiquement et socialement dans des projets participatifs ou le collectif prend tout son sens dans l’échange et le croisement culturel. Des questionnements sur le rapport au corps, au dedansdehors, au territoire et à la frontière.

Qu’il soit dévoilé, voilé, suggéré, évoqué, caché, absent, magnifié, déformé, objectisé, enfermé, décomposé, le corps nous confronte dans sa re-présentationà l’identité, à l’intime et aux codes sociétaux. Au delà de cette enveloppe, parure, carapace, camisole, déguisement, écran, le sujet n’est autre que la femme au coeur de la société, entre tradition et modernité. Elle interroge l’apparence et l’identité.

Dans l’obscurité de l’évitement il est question du voile, accessoire d’évitement du regard où se jouent les limites du prolongement de ce qui est caché. Une perruque géante a été réalisée puis de jeunes Tunisiennes ont joué le jeu d’une séance photos. Telles des « Marie-Madeleine », la longue chevelure dénouée dissimule le corps. Cette chevelure qui peut symboliser selon les cultures la féminité, la séduction, l’érotisme, et qui doit être cachée du regard par le voile, devient ici une chevelure-voile, un écran, une mise en abîme…

Byrsa, Cuir, mosaïque de perles de verre – 190 X 190 cm Après l’assassinat de son mari par Pygmalion, Didon, fille de Bélus, roi de Thyr, s’enfuit pour gagner la pointe nord de l’Afrique. Elle conclut un marché avec les autochtones : acheter autant de terres qu’une peau de vache peut en contenir. Elle découpe cette peau en fines lanières puis elle encercle un territoire pour bâtir la citadelle de Byrsa et fonder Carthage. Une peau tel un territoire, étendu, extensible… Une peau telle une carte, délimitant un espace, comme un continent avec ses reliefs et ses frontières. Une peau sans connotation mortuaire mais au contraire un hymne à la vie, symbolisant la construction et l’émancipation d’un peuple entraîné et porté par une femme.

Le stratagème a réussi… Ce cerveau aux broderies de perles de verre délicates apposé tel un coeur sur la peau, nous renvoie au stratagème.Nous retrouvons cette préciosité et cette finesse dans la série des dessins Exploration fonctionnelle, nous invitant à un voyage inter-cellulaires où les connexions internes nous mettent en réseau. Le dedans-dehors, le caché-le vu, l’interne-externe sont au coeur des méandres des relations humaines.

Dans l’oeuvre de Nadine Lahoz-Quilez, chaque pièce est autonome mais fait partie d’un tout, d’où une force émane par la démultiplication et la prolifération. Les formes aléatoires recouvertes de peau sur lesquelles des broderies issues d’images anatomiques sont apposées, forment une ligne horizontale contrebalançant les courbes et jouant de la lumière et de l’espace. La prolifération petit à petit nous gagne et nous devons y prendre part.

Au delà du détournement et de la réappropriation, au delà du savoir-faire et des techniques artisanales l’artiste nous donne à voir des oeuvres d’une force et d’une portée universelles…

Christel Roy
Responsable du Pavillon de Vendôme
Musée de la Ville d’Aix-en-Provence

byrsa opus II