Galerie le 116art

116 Route de Frans,
69400 Villefranche-sur-Saône
Tél : 06 60 51 89 22
Mail : galeriele116art@orange.fr

Horaires

15h-19h00 du jeudi au samedi
1er dimanche de chaque mois
Sur rendez-vous

Itinéraire

24 images secondes, un hommage au cinéma

15 septembre – 28 octobre 2017

vernissage vendredi 15 septembre à partir de 17 heures

Eric vassal sera accueilli à la médiathèque de Villefranche pour une conférence qui portera sur le dialogue intime qui existe entre les arts plastiques contemporains et le 7° art. Conférence prévue le mercredi 20 septembre à 18 h. Cette conférence sera suivie de la projection du film le faucon maltais de John Huston au cinéma les 400 coups en partenariat avec l’Autre Cinéma, organisateur des rencontres du cinéma francophone en Beaujolais.

Ce que la photographie reproduit à l’infini n’a lieu qu’une fois.
Roland Barthes

Mon travail photographique est en résonance constante avec mon oeuvre de plasticien, ce dernier prend en compte le dialogue avec le patrimoine ou l’histoire de l’art ainsi que le questionnement de la notion de spatialité. Chaque medium me permet d’aborder mes thèmes de recherche d’une nouvelle manière afin de prolonger et d’approfondir mon processus de réflexion.

Une première série de photographies en 2010, avait déjà été consacré au thème du cinéma, la série « Agnosis », interrogeait le processus de perception et le développement du langage.

La série « Dagyde » est un nouvel  hommage rendu au cinéma, qui prolonge des thèmes qui me sont chers : la fragmentation de l’image,  le jeu de l’ombre portée, la perception liée au déplacement du spectateur.
A l’occasion de la préparation de cette exposition, 24 images secondes, « un hommage au cinéma », je ne peux m’empêcher de songer à ces nombreuses années passées dans la pénombre de la cinémathèque du Palais de Chaillot à Paris, lieu mythique de l’histoire du cinéma, croisant la silhouette imposante d’Henri Langlois ou discutant avec Michael Powell après la diffusion de son film Peeping Tom.

Mes oeuvres sont réalisées en ayant recours à des captures d’écran. Après une intervention informatique, les images sont « réécrites » par un travail direct sur la photographie. Des épingles sont disposées afin de mettre en évidence certains éléments de la scène. La photo passe alors de deux dimensions à trois dimensions, procédé inverse du cinéma, qui part d’une réalité en trois dimensions afin de la transposer en deux dimensions.

Le cinéma est une oeuvre de fiction qui s’attache à réinventer une réalité existante, à mon tour, j’interviens sur cette fiction afin de créer une nouvelle interprétation d’une réalité déjà transfigurée, transmutée par le cinéma. Naît alors, une mise en abîme, révélatrice du lien étroit qui existe entre réalité et fiction.

Eric Vassal